Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

La légende de Sidi Bouhameur

Les légendes


On dit que, il y a fort longtemps, la Tribu des Ghomara composée de plusieurs douars implantés dans le plaines de Misserghin, de Bou-Sfer et des Andalouses, était révoltée contre le Roi de Tlemcen qui était alors Bou-Hamid. Ce dernier envoya ses troupes pour mater cette révolte. La bataille était en train de tourner à l'avantage des troupes royales et les Ghomara décidèrent de se replier et de rejoindre Mers-el-Kébir pour pouvoir résister à l'assaut des mercenaires de l'armée tlemcénienne réputés pour leur férocité.

Mais les Ghomara qui fuyaient, avec leur bétail, leurs biens, leurs femmes et leurs enfants étaient beaucoup moins rapide que les cavaliers du Roi qui fondaient sur eux.

La smala ghomaria n'avait plus aucune chance de rejoindre Mer-el-Kébir avant l'arrivée de la soldatesque à ses trousses .

Se voyant perdu et ne pouvant compter sur personne, les Ghomara se mirent à prier et invoquer Allah.

A l'instant où les cavaliers lançaient leur assaut final sur cette population en prière et résignée, un terrible grondement comme un tonnerre semblant sortir du sol, couvrit le bruit de la cavalcade et les cris des soldats ;  le ciel s'obscurcit ; des nuages noirs poussés par des vents violents, descendirent jusqu'à raser les tête des soldats qui s'étaient brusquement arrêtés, c0mme pétrifiés. Al0rs, déchirant ces nuages, à quelque distance de la troupe immobile un cavalier géant sur un cheval blanc sortit de nulle part et fonça sur l'armée du Roi de Tlemcen.

Terrorisés, les soldats firent demi-tour et fuyèrent à bride abattue, morts de peur, lâchant leurs armes et tout ce qui pouvait les gêner dans leur fuite, sans se retourner et jusqu'à épuisement de leurs montures.

Les Ghomara dirent que c'était à un Saint homme, du nom de Sidi Bouameur ; qu'ils ont du leur salut et décidèrent d'ériger en son h0nneur une koubba - édifice que l'on appelle communément Marabout - à l'endroit où il apparut.

Considérant que ce lieu était béni, les musulmans de la plaine de Bou-Sfer et d'Ain el Turck ont fait, depuis, de cet endroit un cimetière afin de placer leurs morts sous la protection éternelle de Sidi Bouameur.



Les légendes
Mis à jour le 25/05/2017
Retourner au contenu | Retourner au menu