Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

Administration du village

Aïn-El-Turck dans le passé

En 1850, le village n'a pas de Mairie car Aïn-El-Turck n'est encore qu'un centre de peuplement dépendant d'Oran, il faut dire aussi que la population n'y est pas très importante. M. Gouvion, Adjoint spécial au Maire d'Oran, est délégué dans les fonctions de Maire du centre d'Aïn-El-Turck.

M. Gouvion était un colon de Bouisseville. Il officiait chez lui.

Voici quelques faits qui marquèrent son mandat :

Le 29 janvier 1860, ouverture de la 1ère école mixte sur la place nord, près de la maison Olivérès.

La même année est construite la Mairie, à côté de l'école.

En 1864, Aïn-El-Turck devient commune de plein exercice et M. Gouvion qui avait administré le Centre de 1850 à 1864 est nommé Maire. Il conservera ces fonctions jusqu'en 1867.

Durant son administration (de 1850 à 1867), le puits creusé par le Génie devient communal ainsi que le lavoir et la fontaine de la place sud.

Le 7 août 1867, l'église St-Antoine-de-Padoue (celle du Douar Naqous, la première église du village) est remise à la commune par les Domaines.




M. Gouvion eut pour successeurs :

  • de 1867 à 1868 : M. Nicolas Bailly.


  • de 1868 à 1871 : M. Antoine Vassas.


Le 8 avril 1869, Bou-Sfer est détaché d'Aïn-El-Turck.
Le 23 mai est décidée la construction sur la place du centre, du bureau de poste, de la geôle, de l'école,  du logement de l'instituteur, des dépendances de l'école et de la poste.

  • de 1871 à 1874 : M. Louis Perrin (M. Perrin était le propriétaire de la ferme Navarre à Clairefontaine).


L'école mixte est transférée sur la place du centre en janvier 1872.




  • de 1874 à 1876 : M. Antoine Vassas.


  • de 1876 à 1878 : M. Louis Perrin.


  • de 1878 à 1881 : M. Alfred Julien.


Par décret du 1er mai, de nouveaux lots de terrain sont affectés à la future école.
Le 1er mai 1879, un nouveau lavoir et un nouvel abreuvoir sont construits près de la Douane en bas du village, près de la mer, ainsi que le presbytère et le cimetière.



  • - de 1881 à 1892 : M. Henri Bailly (propriétaire à Bouisseville, il possédait les terrains autour du "baranco" sur lequel furent construits plus tard, notamment, le court de tennis, le Neptune, le Fantasio).


Le 16 mai 1887, l'école mixte est dédoublée.

  • de 1892 à 1900 : M. Frédéric Pessoles


Plantation de cyanophyllas
Création d'une 2e classe de filles et du préau (cour des ficus)
Le 7 décembre 1893 : adduction des eaux, construction des trottoirs et des caniveaux
En 1895, installation de la première machine élévatoire (système mécanique du type "noria") pour remonter l'eau de la source d'Aïn-El-Turck vers les hauteurs pour approvisionner le village en eau
En 1896, plantation des ficus dans la cour des filles
En 1896/97, premier éclairage du centre du village à l'aide de réverbères à pétrole.

  • de 1900 à 1912 : M. Adolphe Saint-Cyr


C'est pendant le mandat de ce maire que la construction des villas sur tout le territoire de la commune connut une véritable explosion
En octobre 1906, création d'une 2e classe de garçons et d'une 3e classe de filles dans une nouvelle école de style mauresque sur la route perpendiculaire à la route reliant les places centre et sud, à gauche en direction du canal
En avril 1912, création d'une 3e classe de garçons



Souvenir personnel : dans ce champ, face à l'école, dans les années 1949-1951 fut tentée la plantation d'arachides ; je garde un très mauvais souvenir de ces arachides encore vertes que nous chapardions avec Eugène Pons et Mustapha Bentahar.

  • de 1912 à 1913 : M. Alfred Bailly


  • de 1913 à 1933 : M. Joseph Vassas


  • de 1933 à 1940 : M. Auguste Pessoles


  • de 1940 à 1943 : M. Victor Pessoles


  • de 1943 à 1959 : M. Auguste Pessoles


  • de 1959 à juillet 1962 : une délégation spéciale de 3 membres, présidée par M. Marc Roberrini, avec MM. Louis Clavel et Kaddour Boukhatem a administré le village.


Le relais entre l'Administration et les populations indigènes était assuré par un caïd : depuis toujours ces fonctions sont assurées par un membre de la famille Ali-Larbi (Ali-Larbi, Boukhatem).


Aïn-El-Turck dans le passé
Mis à jour le 23/06/2016
Retourner au contenu | Retourner au menu