Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

Prologue

Aïn-El-Turck dans le passé

C'est lors d'une sympathique réunion chez moi entre "Aïn-El-Turckois  lyonnais" que naquit l'idée de rédiger une petite brochure relatant l'histoire d'Aïn-El-Turck qui serait versée au fonds de notre Amicale.

C'est vrai  que nous avons passé toute notre jeunesse dans un village dont on ne connaissait pas bien l'histoire, dont on ignorait le passé.

Il ne nous reste de cette période  de notre vie que des souvenirs, des flashs de tel évènement, de telle aventure, de telle histoire ; des images fugaces de rires, de joie, parfois de drame et de pleurs remontent du plus profond de nous-mêmes. Nous nous souvenons, avec nostalgie, des rues, des maisons, des monuments, des terrains-vagues, du canal, de l'école, du stade, de nos amis, de nos parents. Nous nous souvenons d'une multitude de choses (et à ce sujet, je souhaiterais que le discours prononcé par Jean-Louis Paumond, à l'occasion de notre première Assemblée Générale à la Grande-Motte, soit également versé au fonds de notre Amicale, car les souvenirs qu'il énumère font partie de notre patrimoine commun). Nous nous remémorons, lorsque nous sommes seuls, avec nous-mêmes ou entre amis, nos jeux, nos disputes, nos bêtises, nos amours naissantes...

Des noms agréables viennent parfois fracturer notre mémoire et tintinnabuler gaiement dans nos têtes : Eden Roc, St-Germain, St-Maurice, les dunes, la Gramma, les Corales, Clairefontaine, Bouisseville, la Colombière, St-Augustin, le Rocher de la Vieille, la Sotac, Adrien, le Neptune, le Macumba, le Stand Gasquet...



Doc. Marie-Paule Islic


Aïn-El-Turck, c'était notre cocon, notre jeunesse, notre époque !

Aïn-El-Turck, c'était nous et nous, nous étions Aïn-El-Turck !

Mais l'histoire, la réalité, le destin sont venus nous rappeler qu'Aïn-El-Turck a maintenant une autre vie, après nous, sans nous, tout comme elle avait eu une autre vie, sans nous, avant nous.

C'est cette tranche de vie antérieure que je vais tenter de retrouver, d'explorer, pour mieux connaître le village que nous avons tant aimé, pour, peut-être, mieux l'aimer, autrement, de loin.

Que Robert Costa, Marcel Perez, Georges Olivares, Claude Nabas, Francis et Christian Ferrandez et nos charmantes et joyeuses épouses soient remerciés d'avoir participé à la naissance de l'idée de remonter le cours de l'histoire de notre village.


                                                                                              Lyon, le 1er décembre 2005
                                                                                                        Bahri EL FEGIR







DIGRESSION LITTERAIRE...

Nos plages ont beaucoup impressionné Albert Camus. Né dans l'Est de l'Algérie, il vécut à Alger et avait beaucoup de préjugés, comme de nombreux Algérois, à l'égard d'Oran et de l'Oranie.



Mais dès qu'il connut Oran et ses environs, il tomba sous le charme de nos villages et surtout de notre plage.

Dans "Le Minautore", il écrivit cet hommage splendide : "Sur les plages de l'Oranie, tous les matins d'été ont l'air d'être les premiers du monde".

Et son professeur de philosophie, M. Jean Grenier, en commentant cette phrase, ajouta : "Les premiers dans le temps sont aussi les premiers dans l'excellence", ce qui ne peut encore qu'accroître notre fierté  d'être nés dans cet endroit magique au bord de ce joyau de Mer Méditerranée et de ses magnifiques plages de sable fin.

Oran et ses plages environnantes ont profondément marqué Camus et ont grandement inspiré toute son œuvre.

C'est, par exemple, sur la plage de Bouisseville, tout près de chez moi, un printemps de 1940, peut-être le jour de ma naissance, que l'idée vint à Camus, en assistant à une dispute entre ses amis juifs, les frères Raoul et Loulou Bensoussan, et deux jeunes arabes, de tisser l'histoire de "L'Etranger", ce best-seller mondial vendu à plus de trois millions d'exemplaires.

C'est aussi à Oran que mûrit "Le Mythe de Sisyphe" et que s'ébaucha, dans sa première version, la pièce "Caligula".

Je ne peux pas, non plus, ne pas citer "La Peste" à Oran, mais il s'agit là d'un autre registre.


Aïn-El-Turck dans le passé
Mis à jour le 23/06/2016
Retourner au contenu | Retourner au menu