Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

Année 2010

L'ANCIEN LIVRE D'OR


Jeudi 25 novembre 2010, à 16H00
Message de hamed aissa

je recherche des camarades d’ecole j’etais scolarise a l’ecole primaire d’ain el turck entre 1953 et 1960 .j’ habitai 140 rue du magrheb a ain el turk douar marocain mon pere tenait un magasin de cycles et motos au centre ville d’ain el turck. si vous me reconnaissez n’hesitez pas a me contacter par mail



Mercredi 17 novembre 2010, à 10H59
Message de LUBRANO BERNADETTE

Mes parents (disparus aujourd’hui) mes soeurs mon frere sommes tous de ain-el- turck . mes parents avaient un reve retourner dans leur village ou un de mes frere est enterre malheureusement ils n’ont pas cette chance .un jour moi je viendrai et ferai leur pelerinage



Mercredi 17 novembre 2010, à 10H59
Message de LUBRANO BERNADETTE

Mes parents (disparus aujourd’hui) mes soeurs mon frere sommes tous de ain-el- turck . mes parents avaient un reve retourner dans leur village ou un de mes frere est enterre malheureusement ils n’ont pas cette chance .un jour moi je viendrai et ferai leur pelerinage



Samedi 13 mars 2010, à 08H06
Message de René Montaner

Peut être que quelqu’un plus tard, se souviendra de moi!’
En écrivant cette phrase, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle aurait pu être dite par une de mes tantes, Thérèse Vasquez Mengual née (bien sur !)à Aïn el Turck en 1902 je crois...car ma mère Conception Montaner Mengual née en 1904,était sa cadette de 2 ou 3 ans.
Pour moi, enfant, elle était sans nul doute, une grande poétesse! Mais pourquoi lui ai-je attribué un tel ’titre’ alors qu’elle n’avait jamais écrit le moindre poème dans sa vie?
Je crois bien que la réponse à cette question m’est venue bien plus tard, lorsque,en allant voir le film ’le Facteur’ qui retraçait la vie de Pablo Néruda en exil, j’ai entendu la belle voix de Philippe Noiret dire à ce fameux facteur qui lui portait le courrier tant attendu, que’ la Poésie appartient...à celui qui la dit et pas seulement à celui ou celle qui l’écrit !’
Je saisis donc l’occasion de ce ’12ème Printemps des Poètes’ qui célèbre et met à l’honneur les femmes poètes pour dédier à ma tante Thérèse, les quelques vers que vous trouverez en fin de message,et qui sont extraits d’un texte de Tanella Boni(née à Abidjan en 1954 et qui vit en France).
En fait, ma tante Thérèse qui était la fille aînée de la famille Mengual, m’accueillait souvent à AÏn el Turck durant les grandes vacances d’été.
Je me souviens qu’aux heures les plus chaudes de la journée, et afin d’éviter que je ne sorte trop longtemps dans la rue des frères Vasquez où elle habitait, elle me récitait de longs poèmes de Victor Hugo, qu’elle connaissait par cœur et qu’elle répétait sans cesse, comme les prières de son chapelet!

Est-ce grâce à elle que la poésie est ’entrée’ dans mes pensées dés l’enfance?
Je crois bien qu’elle a du jouer auprès de moi et sans rendre compte, le rôle de passeur de ce genre littéraire difficile et peu utilisé à l’époque, et dont je trouvais la musique et les mots merveilleux, sans parfois en saisir tout le sens(finalement les choses n’ont guère changé depuis!)
Parmi tous ces textes, ceux qui sont restés les plus ancrés dans ma mémoire sont:’ l’Hymne’ des chants du crépuscule et le ’Demain, dés l’aube à l’heure où blanchit la campagne 'des contemplations.
Voici donc, chère Tante disparue, les quelques vers que je voulais t’offrir comme un bouquet, en reconnaissance de toutes ces heures Aïn-el-turckoises que tu m’as consacrées.
Tu vois finalement que, malgré le temps qui passe et par la magie de la Poésie, on ne t’a pas oubliée.

René Montaner

La Pluie a son mot à dire (extrait d’un poème inédit de Tanella Boni)
Nous avions quitté ce pays
Sur la pointe des pieds
Ce pays où les chats
Serrent les dents
Sur fond de désastre
Le silence perché
Sur la moustache
Comme si les hommes
Avaient perdu
La juste vue des choses...

Nous avons quitté ce pays
Le coeur en bandoulière
Et nos peaux en lambeaux
Gardent encore
Le silence indéchiffrable
Collé aux fenêtres
Des grandes illusions...



Lundi 22 février 2010, à 21H19
Message de Boumediene TOUIL

Monsieur Miloud TOUIL,
Ses sœurs Khadra et Oum El-Kheir,
Ses neveux, ses nièces,
La famille OUAHRANI,
L’ensemble de la famille, amis et proches,
ont la profonde douleur de vous faire-part du décès de leur cher frère, oncle et cousin:
Mohamed TOUIL fils Boumediene (Denden)
Survenu le 14 février 2010, à Aïn EL-Turck, à l’âge de 67 ans.
Domicile mortuaire:
N°13, Avenue de la République, Aïn EL-Turck.

Son neveu Boumediene fils Miloud




Jeudi 11 février 2010, à 00H00
Message de amine goudria

salut je m’appele amine j’ai 24 ans j’abite a ain el turck je suis originair je trouve votre travaille extraordinaire car vous avez donner histoir manquant de ce village .
ain el turck c’est une merveille continuer ce travaille et merci . welcome to ain el turck for every body.

*  *  *  *  *


L'ancien Livre d'Or
Mis à jour le 25/05/2017
Retourner au contenu | Retourner au menu