Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

Au Maréchal-ferrant de mon petit village

LE COIN DES POETES > René Aniorté


Au Maréchal-ferrant de notre petit village

.

Toi, le Maréchal-ferrant
Du chemin de récole,
Combien de fois par jour
Ne t'ai-je observé t

Dans un nuage de fumée âcre
Empestant la corne brûlée,
Tu ajustais le fer rougi
Aux sabots du cheval.

Nous, nous courrions de loin,
Attirés par l'odeur,
Assister au spectacle du cheval
Que l'homme chaussait d'acier !

A grands coups de marteau,
Tu enfonçais les clous,
Et nous, curieux, émerveillés,
Souffrions pour le pauvre animal.

Le cheval impassible
Te laissait travailler.
Il comprenait très bien
Que tu voulais l'aider !

Souvent, par la fenêtre,
Nous contemplions, aussi,
Le soufflet de ta forge
Ravivant le charbon.

.

Les braises chauffaient le fer
Qui honteux, rougissait,
Alors, à coups redoublés,
Avec Mohan, vous le battiez.

En un feu d'artifice
Mille fois renouvelé, par myriades,
Des étoiles jaillissaient
De l'enclume d'acier.

Et le fer prenait forme,
Il devenait outil,
Pour le bonheur de l'homme
Et le travail des champs !

Suant l'eau de ta chair,
Dans la forge, à nouveau,
Tu replongeais l'outil pour le rougir,
Puis le tremper, et affermir l'acier.

Toi, le Maréchal-ferrant,
Quel beau métier tu exerçais,
Avant que le progrès,
Dans l'oubli, t'ait enfoui !

Quand je pense au village,
Je pense aussi à ta forge et à toi !
Tu vis toujours parmi les souvenirs
Qui viennent de mon enfance !

Toi, le Maréchal-ferrant de mon petit village,
Si parfois, de là haut, tu vois encore des feux
S'allumant sur notre pauvre terre,
Ne t'en réjouis pas trop,
Ce ne sont plus des forges,
Mais les feux de la haine !
Le temps, malheureusement, a tout bouleversé!

René Aniorté à Valence le 20 juin 1988


Au temps de ma. primaire, sur le chemin de l'école, à l'angle du canal et du boulevard Bon Accueil, je marquais toujours un long arrêt devant la forge de M. Parodi, dit "Jironi". Je l'ai tant observé avec des yeux d'enfant émerveillé que j'ai pu, bien des années plus tard, reproduire certains de ses gestes de forgeron pour affûter mes pioches, "martelettes", burins, etc ...




Mis à jour le 25/05/2017
Retourner au contenu | Retourner au menu