Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

Entendu à Aïn-El-Turck

LE TEMPS D'AVANT > Jesus Blas


Influence de l'espagnol dans le français des hispanophones oraniens

Quelques exemples de l'étude réalisée par Rodriguez Manuel,
Professeur Honoraire d'Espagnol
et
entendus à Aïn-El-Turck



Mon père m'a dit :
"a voir si" tu obtiens un bon bulletin ce mois-ci !

En l'absence des parents, nous étions
"ni plus tranquilles !"

Dis, Jeannot, tu ne vas pas me dire que cet imbécile de Pierrot
"il te peut" à toi !

Je me suis fâché avec René parce qu'il
"se le croit trop !"

Le petit voisin, c'est
"un cahouète", il dit à tout le monde qu'il m'a vue avec des garçons au jardin public, "total que" mon père, il ne me laisse plus sortir seule !

Tu as vu la Marie-Jeanne qui disait tellement de bien de son fils. Eh bien, il a fait
"tchoufa" à son examen.

Ma fille ! Le curé veut qu'on paye les cierges de la procession des communiants, et à quel prix ? Surtout qu'après, il les reprend aux enfants.
"Ah ça oui que non !"

Cette gamine,
"elle est faite une bonne saeta".

Ma fille, elle
"me donne le martyre" pour aller au cirque.

Hoy mon fils ! Va
"oucher les poules" qui sont en train de manger les tomates du jardin.

Ce joueur, c'est un
"tchambon". Il a marqué un but de "carambola" !

Ne joue pas au football avec les
"esparagatés" toutes neuves, que je ne vais pas t'en acheter une autre paire !

"Tché néné" va jouer plus loin avec ton ballon que j'ai le gosse qui dort !

Toi, le gardien, méfie-toi de cet attaquant, que c'est un
"zocato" dangereux !

Attention calamar
"pour voir si tu me blesses" !

Si ça c'est pas un pénalty,
"que Dieu vienne et qu'il le voit !"

Le Pierrot ! Plus
"boloso" que lui, tu meurs !

Je suis
"tchalé" de la fille de l'épicier.

Le Lucien, il lui a acheté une bague à sa fiancée qui a dû lui coûter
"les yeux de la tête".

Viens mon fils, je vais te laver avec
"l'estropajo" et t'enlever cette "rona" que tu as aux coudes et aux genoux !

Mon fils a été désagréable et effronté ce matin. Quand mon mari est arrivé, il lui a donné un bon
"espolson".

Tu te souviens du Paulo de la Marie-Louise qui était si amoureux. Eh bien ! Il est parti faire son service et au bout de deux mois, il
"a laissé de lui écrire".

Ce gamin, c'est son grand-père
"cagué".

"Quitte-toi" la veste et "mets-toi" le manteau.

Je ne suis pas resté longtemps dans cette surprise party. Il n'y avait que des
"mocosos".

Depuis un moment, il ne faisait que me parler mal et je lui ai donné un
"impoujon".

Quel
"carronya" celui-là. Jamais il ne te paiera une anisette.

Quelle
"mala pata" il a mon fils ! Il a bien travaillé toute l'année et il a échoué à l'oral de son examen.

C'est un gentil garçon, mais il tourne trop autour de ma Juliette qu'elle n'a pas encore ses quatorze ans et
"a lo tonto tonto chocolat meunier !"

Aujourd'hui que tu n'as pas école, mon fils, tu vas me jeter tous les vieux
"trastos" qui trainent dans le grenier.

Tu te rends compte ? Le
"tarambana" de mon neveu, il a mis en route la vieille Citroën de son père et il a défoncé le portail du garage qui était fermé.

Dumont qui se prenait pour un
"pincho" devant les filles, eh bien ! sa petite amie l'a laissé tomber pour un "patico". "Vaya honte" !

Ma fille ! J'avais fait un riz-au-lait pour mon mari et le
"goloso" de mon fils, "il se l'est pas mangé !".

"Mets-moi" un petit café "que c'est l'heure" de retourner au travail !

"En gambetta, la que no es puta es alcahueta" !

Celle-là, elle s'appelle Lopez comme moi, mais
"elle ne me touche rien".

J'ai rencontré le père de Maurice. Après cette grave opération qu'il a subie,
"il va qu'il en peut plus !".

Ma fille a fait un bon mariage. Mon gendre, c'est
"un morceau de pain".

Tout ce que vous me dites là, il y a longtemps que je le sais, mais
"vous ne savez pas de la messe la moitié".

J'ai appris que la Marinette, elle est en train de m'arracher la peau par derrière.
"Laisse qu'elle vienne me demander quelque chose !".

Tu as vu la sortie de la Henriette ! Elle prétend que son mari, il va passer chef de chantier.
"Et à moi quoi !".

Elle ne fait que parler de son gendre qui
"gagne de l'argent à poignées". "Et à moi qu'est-ce que ça me donne ?".

A moi, on ne me la
"met pas comme ça !".

Ce matin, mon mari
"s'est vu noir" pour mettre la voiture en marche.

Avec l'état de santé de son mari, elle
"passe les philippines".

La femme du forgeron,
"elle a trop de vent" depuis qu'elle a une voiture. Même si c'est une "tartana".

Ma fille ! Hier on s'est donné
"une panza de tchumbos" et aujourd'hui, "pos" on est tous constipés !

A celle-là, je vais lui dire ses quatre vérités !
"Anda" que je vais me gêner !

Son mari, c'est un
"bamba", c'est elle qui commande à la maison.

Taisez-vous
"létché !". "Tché quel pito" ils ont ces gosses-là !

Hier, c'était la
"rebolica" dans la rue.

Toute la rue est dans le noir ! Ce sont deux petits voyous qui ont cassé les ampoules à
"estacazos".

Déjà deux heures que je l'attends ! Quelle
"patchora" elle a celle-là !

La Jacqueline, elle ne dit plus bonjour à personne. On dirait que je la vois quand elle était petite, avec la
"catelfa" de frères et soeurs dans la rue, tous "lagonosos" !

Tu as vu cette Sainte-Nitouche, les manières qu'elle fait pour parler. On dirait qu'elle a la bouche pleine de
"gatchas".

Tu ne trouves pas que mon petit-fils
"lui donne un air à mon mari ?".

Hier soir, Louis, le mari d'Antoinette, il se tenait une
"boufa" ! Il a donné un "trompezon" avec la perche de l'étendoir et il s'est pris un "zammarazo", qu'il s'est à moitié tué.

C'est difficile d'entamer une conversation avec Emilienne. Elle veut toujours
"sortir avec la sienne".

Hoy, hoy, hoy ! La Joséphine, elle sortait du four de chez Pépico Ferrer en cachant ses monas sous un drap. La pauvre !
"Elles étaient toutes tchafées".

Jacqueline est bien malheureuse avec le
"gandoul" de son mari. Elle ne peut même plus acheter des chaussures aux enfants et lui, "ni plus campaté".

Je lui ai fais signe de se taire et lui
"dalé, que dalé !".

Celui-là, il est toujours invité chez les uns et les autres,
"a la sopa boba".

Jésus Blas
(La Lettre d'AÏN-EL-TURCK n° 12)

Le temps d'avant
Mis à jour le 29/10/2017
Retourner au contenu | Retourner au menu