Aïn-EL-Turck La Plage

Aller au contenu

Menu principal

Le village aux 5 langues

LE COIN DES POETES > René Aniorté



Le Village aux 5 Langues






Il vivait un village tout au bord d'un rivage,
Qui tellement grandissait, lorsque l'été chantait,
Devenait une ville, voire même, une capitale !
Au rendez-vous soleil, couraient les estivants
Heureux de cette aubaine, à Dieu reconnaissant.
On vivait au village l'amitié partagée,
Car chacun, solidaire de chacun, s'y sentait.
On s'y trouvait bronzé tout au fil de l'année,
Ce qui rendait, aux gens, le sourire plus aisé.

Il avait, vu du ciel, forme de cerf-volant,
Et comme lui fièrement, toujours il naviguait,
La tête au grand soleil, tout là-haut dans l'azur,
Et dans le sol, les pieds, solidement ancrés.
Il respirait la mer et son charme envoûtant.
On humait ses embruns, on croquait son soleil,
Comme on mord dans la chair d'une belle tomate,
Et Dieu sait si les siennes, à ce jeu, s'y prêtaient.
On y parlait Français, et aussi Algérien,
On causait Valencien, Espagnol, Marocain,
Chacun restait ainsi, si près de ses racines,
Qu'il pouvait exprimer, dans sa langue de cœur,
Sa plus simple pensée avec plus de chaleur.

Il vivait une ville dans un coin de bleu ciel,
Entre mont Murdjadjo et Méditerranée.
En arrivant d'Oran, le rocher de la Vieille,
Vous dévoilait soudain la beauté de ses plages.
Puis la journée finie, sous le soleil couchant,
En teintes rougeoyantes s'enflammait l'horizon,
Avant que la nuit noire n'installe sa pénombre.
La lune et les étoiles dispensaient leur pâleur,
Pendant qu'en une ronde, renouvelée sans fin,
Tournaient les milles feux que projetaient sur elle,
Comme aux stars de la scène, le phare du Cap Falcon.

Il vivait un village qui devenait une ville,
Il était une ville qui hélas ne vit plus !
Elle n'est qu'un souvenir au fond de nos mémoires,
Et son évocation, nous embrume la vue.
Il vivait une ville, jamais ne l'oubliez !
Elle brille, en lettres d'or au fronton de nos cœurs.
Elle était l'Algérie, elle était la chaleur
Elle était l'Amitié, elle était le Bonheur,
Et le reste du temps, elle était simplement
La reine des rivages, Aïn-El-Turck-la-Plage !

René Aniorté à Valence le 8 juin 1998


Mis à jour le 23/06/2016
Retourner au contenu | Retourner au menu